b

Spectacle et téléfilm, La Belle au Bois Dort-Elle 2003

  • Année 2003
  • Public à partir de 6 ans
  • Production Théâtre Avant-Quart
  • Partenaires Communauté de communes de la Région Lézignanaise, Corbières et Minervois , Conseil départemental de l’Aude
  • Rôle Aurore, Aubier et Sylviane (esprits de la forêt)

Texte : Jean-Paul Cathala. Mise en scène : Jean-Pierre Rigaud

Jean-Pierre Rigaud a fait une mise en scène remarquable de ce texte, nous entrainant dans un univers merveilleux et enchanteur. Jean-Paul Cathala nous a proposé de faire un téléfilm inspiré de la pièce. Un exercice d’acteur : passer du théâtre au cinéma.
Grand-père Semelle est cordonnier. Il est chargé de l’éducation du jeune Alexandre. L’essentiel de cette éducation réside dans le récit quasi incessant que le vieux bon-homme fait des contes de fées. Le garçon finit par y croire et part à la recherche de la Belle au Bois Dormant. Dans le village de grand-père Semelle habite une jeune-fille qui vit du ramassage du bois. Son nom ? Aurore, naturellement. Le jeune Alexandre, qui la connait depuis sa plus tendre enfance, ne lui prête aucune attention. Il est dans ses rêves fumeux. Mais voici que les génies de la forêt et autres lieux, menés par une Carabosse fort séduisante et pas du tout méchante, décident d’aider la petite Aurore et d’ouvrir les yeux d’Alexandre. C’est-à-dire qu’au lieu de brouiller les cartes, et tout en laissant rêver les deux jeunes gens, ils vont les aider à prendre conscience que le merveilleux est là, sous nos yeux ; qu’il faut le chercher en nous, autour de nous et, au lieu d’en avoir peur, de le trouver, au contraire, en chaque objet, en chaque être, en chaque acte de notre vie.

LaBelle1 (2)

Enregistrer